England Contest 2019

En 2017 avec Benoît Moreau, nous avions décidé de participer au premier English National Adaptive Surfing Open.
Il s’était déroulé au mois de septembre 2017 à Watergate Bay en Cornouailles.
Benoit avait gagné la catégorie stand et l’open ; j’avais fini 7 et 4, mais bon sang, malgré le froid, le vent à décorner les bœufs, la mer en vrac, on avait découvert une ambiance géniale.


C’est donc à ce titre qu’on avait remis cela en 2018, cette fois nous étions partis avec Benoit et Maxime.
Mon idée, c’était de créer une dynamique autour d’une équipe de compétition et de permettre à quiconque de pouvoir participer sans devoir se saigner.

J’avais donc sponsorisé cette équipe de compétition.

English Adaptive Surfing Open – Fistral Beach
English Adaptive Surfing Open – Fistral Beach

Comme la fois précédente (non, mieux…), on avait profité « à fond » et en plus notre « mini team » avait scoré :

Sitting/Kneeling :

1 Llywelyn Sponge Williams
2 Laurent Marouf
3 Maixi Cabanne
4 Spike Kane
5 Martin Pollock

Prone :
1 Spike Kane
2 Ethan Jolosa

Visually Impaired :
1 Melissa Reid

Newest Frother
Darren Edwards

Biggest Frother
Laurent Marouf

Standing:

1 Benoit Moreau
2 Pegleg Bennett
3 Melissa Reid
4 Louis Sutton

Open :
1 Benoit Moreau
2 Louis Sutton
3 Laurent Marouf
4 October Hamlyn-Wright
5 Charlotte Banfield

Highest Scoring Wave
Benoit Moreau (7.2)

Attention, nous n’étions pas encore très nombreux et l’océan ne nous avait pas gratifiés d’une houle parfaite, mais les séries avaient pu se tenir dans un petit surf tout de même décent.

Le site était cette fois à Fistral Beach, quelques kilomètres au sud de Watergate :

2018

Nous nous étions promis de revenir en 2019 et c’est ce que nous avons fait :

Sur la même idée que celle de 2018, nous avons constitué une nouvelle équipe composée de 4 riders avec comme idée de se suffire à nous-mêmes (voir à ce titre le papier de Katell sur notre « épopée »), Katell, Maxime, Benoît et moi pour cet événement du 29 et 30 juin 2019 pour lequel Surfing England, nous avait même gratifiés d’une affiche personnalisée:

Cette fois, la compétition était plus importante, les organisateurs relevaient dans leur récit sur l’évènement  » une compétition qui avait plus que doublé en taille avec 45 inscrits dans 6 divisions. des surfeurs venus de plus de 10 pays pour participer, dont Hawaï, l’Afrique du Sud et l’Australie, plus de 50 bénévoles acquérant des compétences clés sur le surf adaptatif au cours du week-end. »

Le format de l’évènement ressemblait à celui que l’on peut vivre dans des compétitions comme le Dukes à Hawaii ou l’US Open à Oceanside : un samedi matin qui a commencé avec un atelier de surf adaptatif (la fameuse « clinic »), où plus de 40 moniteurs et de bénévoles se sont réunis pour se doter de connaissances sur le surf adaptatif; un samedi après-midi a vu la cérémonie d’Aloha (c’est-à-dire celle de bienvenue, célébrée dans l’esprit Hawaïen) pour les concurrents et l’opportunité de sauter dans l’eau pour un free surf.
Les volontaires avaient pu mettre ainsi en pratique leurs compétences

S’agissant de nôtre équipe, Benoît avait officié comme pousseur de Katell pendant que je l’attendais confortablement dans l’Inside.
Ça avait plutôt bien marché, il faut dire que nous avions un track record assez valable après une session à Lafiténia où il avait fallu descendre Katell et son fauteil dans la « p.. » de pente plus ou moins goudronnée de l’accès au spot avec David qui était aussi avec nous, pour nous donner la main.
Nous avions fait la session dans une mer assez sympatoche avec Benoît à la poussette, bien sûr.

Il y avait en effet un dilemme dans le choix du pousseur puisque nous avions :
• À ma gauche, un amputé brachial, mais avec ses deux jambes
• À ma droite, un amputé tibial, mais avec ses deux bras.

Je me plais à me souvenir que c’est à ce moment-là que je m’étais dit qu’on pouvait tenter le « full-handi » en référence à cet extraordinaire film que nos amis rosbifs nous avaient pondu il y a une ou deux (non, trois ou quatre) poignées d’années.
Mais la pente, au retour, ce n’était pas très facile non plus…

Bref ! Revenons à Fistral, et alors que le soleil se montrait enfin, nous avons fini ce premier jour enchantés et nous avons passé la soirée au Fistral Beach Bar pour un certain nombre de pintes, et une mémorable silent disco party que nous avions eu l’occasion d’expérimenter l’année passée.

Mais concentrons-nous sur la compétition :

Comme l’année passée, les boardbags n’avaient pas été embarqués à Bordeaux.Nous avons donc dû louer des combinaisons et aussi des planches pour pouvoir participer (bon, Easy Jet a fini par raquer, parce qu’en plus, nos planches étaient abimées…).Notre matériel n’était donc pas optimal, surtout avec des planches en mousse auxquelles nous n’étions pas habitués et des combinaisons pas super ajustées.Enfin, on est passé au-delà de cette galère toute relative…

Dimanche, le call était à 08h15, la première manche devant se dérouler à 9h00.
On était tous à fond et on attendait évidemment le moment où nous allions pouvoir passer.

C’était assez stimulant car cette fois, il y avait quand même du monde et même du beau monde.

L’eau était bonne (même si on était en 3/2), les vagues mignonettes sans que ce soit des lignes Indonésiennes, l’énergie de la compétition était là bien plus que les années passées, sans que cela nuise à la bonne humeur.

On a ainsi surfé toute la journée, et je me souviens avoir mené la finale jusqu’à 5 minutes de la fin, mais Mark Stewart et « Sponge » Williams ont sorti deux vagues qui m’ont laissé troisième.

Katell n’a pas pu battre Martin, l’homme à l’Audi A8 de course, Max n’a pas pu se hisser en finale. Benoît a comme à son habitude, gagné l’Open et le « Stand » en prenant 2 vagues à la minute, « as usual ».

« This truly has been the most phenomenal weekend. » en a conclu l’organisateur.


Finalement, nous ne sommes donc pas venus pour rien (encore une fois) :

Women’s Open:

Men’s Open:

  1. Charlotte Banfield
  2. Melissa Reid
  3. October Hamlyn-Wright
  4. Darian Haynes

Assisted:

  1. Martin Pollock
  2. Katell Ropert

Sitting/Kneeling:

  1. Mark Mono Stewart
  2. Llywelyn Sponge Williams
  3. Laurent Marouf
  4. Martin Pollock
  1. Benoit Moreau
  2. Pegleg Bennett
  3. Spike Kane
  4. Miloslav Brzak

Prone:

  1. Bruno Hansen
  2. Spike Kane
  3. Daniel Nel
  4. Ethan Jolosa

Standing:

  1. Benoit Moreau
  2. Klang Adi
  3. Pegleg Bennett
  4. Dana Cummings

2019 Additional Awards as follow:

Most Stoked Surfer: Darian Hayes

Highest Single Wave: Mark Mono Stewart

Best Manoeuvre: Spike Kane
Volunteer of the event: Rob Stewart

Most Inspirational Surfer: Martin Pollock


Voici donc pour cette compétition 2019 pour laquelle nous avons conservé tous les détails opérationnels nous permettant de construire l’équipe 2020 que nous enverrons sans aucun doute à Newquay, si bien sûr, nous pouvons nous rendre en Angleterre le 3 octobre prochain.